Pouvoir prendre un congé sans solde quand on est salarié, c’est rare! Aussi, le premier conseil de Matthieu, le planificateur financier, à Camille a été de convaincre son patron de lui offrir cette occasion. Parce que quitter son emploi pour faire un voyage ce n’est certainement pas la meilleure option.

De son côté, Jean-Christophe est travailleur autonome saisonnier. Avec de grands efforts d’organisation et de travail, il a répondu à l’avance aux besoins de ses plus gros clients de façon à se dégager six mois de congé. Les besoins ponctuels et urgents, il les règlera sur la route. Jean-Christophe ne sera pas totalement libre comme l’air, mais, suivant les conseils de Matthieu, il était prêt à ce compromis pour ne pas perdre ses clients réguliers, qui lui assureront un revenu à son retour.

Compenser une absence de revenus de 6 mois

D’abord en essayant de prévoir les dépenses au dollar près. Il y a deux ans, Matthieu a incité le couple à noter rigoureusement ses dépenses et à sélectionner celles qui pouvaient être réduites ou coupées : on priorise le projet de vie sur les sorties au restaurant ou les locations de chalet à la campagne, par exemple.

Matthieu suggère de déposer l’argent dégagé dans un CELI toutes les deux semaines et d’investir dans des certificats de placement garantis (CPG) ou des dépôts à terme. Même s’il pourrait être tentant de viser des revenus de placement plus élevés, donc comportant des risques de fluctuations, le couple n’aimerait pas se retrouver, au moment de partir, avec moins d’argent qu’il n’en aurait épargné!

Pour l’encourager à « sacrifier » momentanément ses loisirs, le planificateur financier rappelle au couple que pendant leur voyage, certaines dépenses disparaîtront : finis les titres de transport, les lunchs avec les clients, le renouvellement de la garde-robe… et les frais de garde pour leur petit Matis!

Des dépenses s’ajouteront, par contre, comme le camping-car. Matthieu suggère l’achat d’un véhicule usagé qui pourra être revendu au retour, ou alors la location. Il y a évidemment les coûts liés au carburant et à l’entretien mécanique. Et aussi de bonnes assurances santé, étant donné que la famille voyage aux États-Unis.

  • Quel sera le coût moyen des sites où la famille résidera?
  • Combien de fois par mois prévoit-elle aller à l’hôtel pour prendre une pause de la proximité et du manque de luxe?
  • Peuvent-ils louer leur maison pendant leur absence?

C’est la meilleure solution pour s’assurer d’un revenu de base malgré l’absence prolongée. Non seulement quelqu’un doit veiller aux lieux, mais une maison inoccupée coûte plus cher en assurance, et on voudra éviter ce surplus de dépense. Évidemment, le couple aura prévu des paiements préautorisés pour les services essentiels et les taxes ou sinon, se seront assurés de recevoir les notifications par courriel.

Réaliser ces calculs aidera à déterminer leur budget par semaine, sans oublier un coussin en cas d’imprévus.

L’après-voyage

Pour aider à réduire l’anxiété du couple, Matthieu leur explique qu’en ayant moins de revenus pour l’année, ils paieront moins d’impôt et devraient recevoir un remboursement. Les retenues d’impôt sur la paie étant basées sur le salaire annuel, elles n’auront pas diminué. Un revenu familial moins élevé aura aussi pour effet de bonifier les allocations pour enfants qu’il recevra l’année suivante.

Les aspects légaux

Pour qu’un tel voyage se déroule en toute quiétude, le planificateur financier verra à ce que les adultes aient chacun un testament à jour, en plus de mandats de protection prévoyant un tuteur pour leur enfant, entre autres. Les trois membres de la famille seront rassemblés dans le même véhicule pendant six mois à faire de la route pratiquement tous les jours. C’est une situation exceptionnelle… et le risque d’un drame est à considérer.

Pour assurer la paix d’esprit de ses clients, le planificateur financier aura pensé à tout!

Participer au concours

Note : Cette étude de cas a été bâtie avec la collaboration d’une planificatrice financière diplômée de l’IQPF à l’occasion de la Semaine de la planification financière 2019. Les solutions proposées sont réalistes, mais pourraient évidemment changer selon la situation des personnes et les contradictions éventuelles entre leurs projets et le style de vie désiré.


17 au 23 novembre 2019