Qui paye ses dettes s’enrichit

Le bilan personnel sert à établir la valeur nette d’une personne à une date donnée. La valeur nette correspond à la valeur de ses actifs moins ses dettes. Il existe donc deux façons de s’enrichir : épargner ou rembourser ses dettes.

Si on vivait dans un pays où les impôts n’existent pas et où les placements ne comportent jamais de risque (avec Alice, Cendrillon et Peter Pan), on pourrait choisir où distribuer ses surplus budgétaires selon le taux d’intérêt du placement ou de l’emprunt. Dans ce monde idéal, investir 1 000 $ à 6 % serait clairement une meilleure affaire que d’effectuer un remboursement anticipé sur une dette avec un taux d’intérêt de 4 %.

Mais, dans le vrai monde…

  1. Il est extrêmement rare de pouvoir obtenir un taux garanti sur un placement significativement plus élevé que le taux d’emprunt pour une même période.
  2. Exception faite du CELI, les revenus de placement sont imposables, alors qu’une économie d’intérêt (outre les intérêts déductibles1) ne le sera jamais.

Il faut comprendre que, la plupart du temps, le rendement de 6 % est celui que l’investisseur espère obtenir en prenant davantage de risques et que, si on tient compte de l’imposition de ce rendement éventuel, le 6 % risque de ressembler plutôt à 4 %.

Une autre idée intéressante

Un surplus budgétaire de 1 000 $ pourrait servir à réduire une dette existante et la personne pourrait emprunter de nouveau 1 000 $ et utiliser cet argent afin d’effectuer son placement. L’argent emprunté servirait alors à gagner du revenu de bien et l’intérêt payé serait déductible du revenu. On parle ici d’une stratégie à effet de levier, puisque le rendement, qu’il soit positif ou négatif, est décuplé par rapport à l’investissement réel du client, ici 0 $.

Cette stratégie est considérée comme beaucoup plus risquée qu’un placement direct dans des actions, puisque l’investisseur demeure redevable des intérêts et du capital emprunté, et ce, même si des rendements négatifs font fondre la valeur du placement. Pour cette raison, l’Autorité des marchés financiers (AMF) encadre les activités des représentants en épargne collective ou en assurance de personnes en leur fournissant des lignes directrices leur permettant de déterminer si un client est un bon candidat pour l’effet de levier.

Comme vous l’aurez constaté, l’utilisation du prêt levier est encadrée, alors que vous êtes laissé à vous-même quant à l’utilisation de vos surplus budgétaires, même si c’est un peu la même chose, avantages fiscaux en moins.

Les humains et les finances personnelles

Vos objectifs sont multiples et la planification de vos finances personnelles demande que vous teniez compte de votre passé, de vos besoins présents et de vos objectifs d’avenir.

Rembourser toutes vos dettes le plus rapidement possible en n’épargnant rien pourrait avoir un certain sens si, aussitôt après avoir tout remboursé, vous appliquiez la même énergie à l’épargne. Mais cette rigueur n’est pas donnée à tout le monde et pour beaucoup d’entre nous, épargner et rembourser ses dettes périodiquement a le mérite d’instaurer une discipline d’épargne qui peut s’avérer essentielle à long terme.

En plus, la meilleure décision devrait tenir compte de la fiscalité des revenus de placement et des frais d’intérêts, ainsi que de celle reliée aux REER et aux autres régimes enregistrés. Bref, vous avez besoin d’un planificateur financier!

Pour ceux d’entre vous qui ont déjà un plan financier et qui se retrouvent avec un surplus budgétaire (ou un cadeau) inattendu, voici quelques éléments de réflexion utiles afin de faire le meilleur choix :

Fonds d’urgence

Il est important d’avoir accès à des liquidités totalisant trois mois de dépenses pour pallier aux imprévus, et ce, même si le rendement obtenu sur ces placements est faible. Dans l’éventualité où vous auriez des difficultés financières temporaires, vous seriez en mesure de faire face à vos besoins et à vos obligations. Rappelez-vous que, pour le prêteur, même si vous avez effectué des remboursements anticipés sur votre emprunt dans le passé, cela ne change rien au fait que vous n’êtes pas en mesure de faire votre paiement ce mois-ci.

Dettes de cartes de crédit

Il s’agit de l’ennemi no 2 (le no 1 étant l’usurier) à abattre. Lorsqu’on conjugue un taux d’intérêt élevé avec une incompréhension générale des modalités de calcul des intérêts (qui ne sont pas à l’avantage du consommateur), une petite dette peut rapidement prendre des proportions gigantesques.

Taux d’intérêt

Prioriser le remboursement des dettes dont le taux d’intérêt est le plus élevé.

Fiscalité

Prioriser le remboursement des dettes personnelles par rapport aux dettes d’affaires, dont les intérêts sont généralement déductibles du revenu.

Aussi, les dettes relatives aux prêts étudiants donnent droit à des crédits d’impôts, ce qui réduit le coût réel des intérêts.

Une contribution REER est déductible du revenu et l’économie est fonction du taux marginal d’imposition.

Une cotisation à un Régime enregistré d’épargne-études (REEE) donne droit à des subventions gouvernementales de 30 % (parfois plus), assujetties à une limite annuelle.

Vous avez besoin d’un coup de main pour vous y retrouver? Le planificateur financier peut vous aider à y voir clair. Évaluer votre situation financière de façon objective, c’est son métier!
_________________
1De façon générale, les intérêts d’un emprunt sont déductibles lorsque le montant emprunté est utilisé afin de gagner un revenu d’intérêt ou de bien.