Est-ce le moment de « parler argent »?

L’argent est l’ultime tabou —du moins en apparence. C’est un sujet délicat qu’on n’aime pas aborder. Mais arrive un moment où il n’y a pas d’autre choix que de se jeter à l’eau et de le mettre sur la table.

Il peut s’agir de demander une augmentation, de rappeler à l’ordre un associé trop dépensier, de planifier la succession avec des parents vieillissants ou de sensibiliser les enfants aux dettes. Selon Delores Moskal, PLANIFICATRICE FINANCIÈRE AGRÉÉE* professionnelle auprès de Cornerstone Credit Union à Yorkton, en Saskatchewan, le fait de trop tarder à « parler argent », peu importe la situation, a des conséquences :

  • objectifs non atteints
  • créanciers à la porte
  • retraite différée
  • tensions conjugales

Quand un couple a des habitudes de dépense et d’épargne différentes, cela peut mettre en péril sa sécurité financière, entraîner des rêves inassouvis et causer des tensions conjugales. L’omission de discuter des plans de succession avec les parents peut occasionner à leur décès de la discorde entre les enfants et d’importants frais juridiques. Et le fait de permettre aux enfants de laisser monter leurs comptes de carte de crédit et de cellulaire est une façon de partir du mauvais pied avant même d’affronter tous les autres défis de la vie adulte.

Comment, dans ce cas-là, amorcer une conversation à propos de l’argent?

Cela n’a rien de personnel, il s’agit d’affaires

Quand vient le temps de demander une augmentation ou de négocier un contrat, mettez de côté votre ego et oubliez vos émotions. Il se peut que vous ayez fait un excellent travail et méritiez une hausse, mais vous devez pouvoir le justifier. Présentez vos réalisations et expliquez en quoi elles ont contribué aux résultats en permettant de faire des économies ou en générant des revenus. Une approche d’affaires est plus susceptible de donner des résultats positifs.

Ça reste dans la famille

Pour les familles, il s’agit de faire le bilan et d’envisager des éventualités, indique Mme Moskal. La plupart des gens ne planifient pas une perte d’emploi imprévue, la venue de jumeaux ou une maladie grave. D’autres n’ont pas discuté de l’achat d’une maison ou des études universitaires des enfants. Ce sont des sujets qui doivent être discutés et planifiés tôt.

« Un tiers neutre, qui ne juge pas, peut aider à amorcer la conversation, explique-t-elle. Le fait de pouvoir faire appel à quelqu’un permet d’éviter que les désaccords ne s’accentuent et de déterminer ensemble la voie à suivre. »

Un planificateur financier, par exemple, peut aborder la situation d’une façon holistique et permettre aux familles d’avoir une meilleure vue d’ensemble de leurs revenus et dépenses, de s’entendre sur des objectifs et de décider des mesures à prendre pour atteindre ces objectifs.

Quel est l’intérêt d’« en parler »?

  • Des relations plus harmonieuses
  • Des rêves réalisés plus vite
  • Une carrière plus gratifiante
  • Et un bon exemple pour vos enfants

Si vous avez besoin d’un professionnel compétent pour vous aider à parler argent, l’outil Trouver un planificateur de l’IQPF peut vous vous mettre en contact avec quelqu’un dans votre région.

Pour en savoir davantage sur les finances familiales, parcourez la section blogue.